Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LYON-TURIN : un tunnel et après ?

La voix de NOSTERPACA

A l'exception des élus du groupe écologiste, les députés français ont entériné le doublement de l'axe LYON-TURIN. Rappelons qu'il s'agit de la partie internationale de la nouvelle infrastructure ferroviaire sensée solutionner pour les trafics marchandises la traversée des Alpes entre l'Italie et la France.  Restera ensuite à connecter au Nord et au Sud de Lyon pour les accès situés sur le territoire français !

Avec cet engagement financier colossal, combien de temps devront attendre les autres projets pour se concrétiser ? Un certain temps aurait dit Fernand RAYNAUD. Auquel il faudra ajouter celui perdu pour assurer les ressources en financement (comme par exemple l'écotaxe et les renoncements successifs pour sa mise en oeuvre)

gérardP 03/11/2013 11:22

Merci de signaler que seuls 66 députés sur un total de 577 étaient présents lors de ce vote 'historique' ...
30 milliards d'euros engagés par à peine 10% de la représentations nationale, ça fait froid dans le dos.

Gilles06 02/11/2013 18:36

Bonjour

En effet il est regrettable que le parlement français ait validé le projet de LGV Lyon Turin.

Cette liaison relève plus du symbolique et rien d’autre, ce projet dit de « Transalpine » n’est en rien pertinent, ni même durable comme l’affirme ses défenseurs parce qu’en rien il n’est un frein au tout routier dans les Alpes. La ligne de Modane rempli largement cette mission pourquoi ne pas ces contenter de cet axe et proposer d’autres alternatives ferroviaires.

Quand on évoque l’idée de créer une Nouvelle Ligne Ferroviaire Lyon-Grenoble-Nice, on affirme avec certitude sans même chercher à réfléchir plus loin que le bout de la lorgnette qu’un tel projet est irréalisable, trop coûteux, voir même n’existe pas. Pourtant en étudiant des tracés différents avec comptage du nombre de kilomètres de tunnels, viaducs, et surface, et en prenant le prix fort au kilomètre de ceux-ci, un tel projet est certes un important investissement dont la fourchette se situe entre 16 et 21 milliards, mais celui-ci serait moins coûteux que la « Transalpine ».

Trois options sont possibles, soit on propose deux options Ligne Mixte (TGV, TER, Trains Marchandises) tous deux passant par Bourgoin Jallieu, la première (via Lus la Croix Haute, Sisteron, Castellane et Grasse), la seconde (via La Mure, Gap, Sisteron, Castellane et Grasse), la troisième option est semblable à la seconde au niveau du tracé, sauf que l’on ne passe pas par Bourgoin Jallieu, il s’agit d’une LGV. Les 3 options comprendraient dans le coût, un raccord ferroviaire entre Castellane et Draguignan qui permettrait de relier par exemple Paris à St Raphaël de même que Briançon à Toulon.


L’idée est de permettre à la fois de désengorger les axes ferroviaires Lyon-Grenoble, Nice-Marseille, la Vallée du Rhône (LGV Méditerranée comprise), désenclaver en profondeur les Hautes Alpes, Alpes de Haute Provence, Isère et Alpes Maritimes d’une seule traite, et devenir un rempart face à la réactivation du projet A51, dont on sait que le Conseil Général de Hautes Alpes organise une pétition en ligne encourageant l’augmentation du trafic routier, dans les Alpes du Sud de Grenoble à Nice.

Les temps de parcours et distances depuis Paris sont bien plus intéressant pour relier les Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence que par la Ligne du Cheval Blanc ou le Montgenèvre. De plus la NLF Lyon-Grenoble-Nice garanti la possibilité d’avoir d’abondantes fréquences de trains pour ces deux départements du fait que l’on se trouvera sur un axe Nice-Paris, avec des vitesses TGV, qui pourrait être très emprunté devenant le principal axe ferroviaire de ceux-ci, à côté les deux autres options ne garantissent en rien cela.

Au départ de Nice les temps de parcours seront nettement plus attractifs que par la LGV PACA pour dissuader les usagers de prendre l’avion entre Nice et Paris avec des temps de parcours inférieurs à 3h30. De plus Nice est enfin connectée directement au reste des Alpes et y jouerait un rôle économique aussi important que Marseille voir même plus de par sa proximité géographique.

L’idée de la NLF Lyon-Grenoble-Nice, n’est en rien nouvelle, c’est un vieux rêve qui n’a jamais vraiment pu aboutir, au même titre que le Tunnel du Montgenèvre.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1920_num_8_4_2814

http://archivesjournaux.ville-cannes.fr/dossiers/littoral/1913/Jx5_Littoral_1913_04_12_Page_01.pdf

La NLF Lyon-Grenoble-Nice pourrait s’avérer aujourd’hui bien plus urgent à réaliser pour répondre aux lourds défis que vont devoir affronter les Alpes du Sud de Grenoble à Nice.

Là où les Autoroute A51, Tunnel du Montgenèvre, NLF ou LGV PACA, et LGV Lyon Turin, sont à la fois trop technocratiques et inadaptés pour être en phase avec ces défis, le Lyon-Grenoble-Nice aurait le très grand mérite de remplir largement cette mission.

A méditer

Gilles06

Publicité

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .