Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

4e Paquet ferroviaire, l’opposition syndicale européenne n’a pas faibli

La voix de NOSTERPACA

Ainsi, les cheminots français ne seraient donc pas les seuls à s'opposer à la poursuite de la déconstruction d'un système ferroviaire intégré ?

Cette manifestation du 25 février devant le parlement européen de Strasbourg indique que les préocupations exprimées en France sont partagées dans d'autres pays européens. Et même dans un paradis libéral comme le Luxembourg, les inquiétudes trouvent les mêmes origines :

Les syndicats luxembourgeois FNCTTFEL et SYPROLUX ont manifesté le 24 février à Luxembourg contre le "monstre de Bruxelles" : le 4e Paquet ferroviaire

Cet ensemble de six textes législatifs organise notamment la libéralisation du transport ferroviaire de voyageurs, en encourageant et facilitant les appels d’offres pour les services de transport public ferroviaire, mais en prônant également la séparation entre la gestion des infrastructures et celle de l’exploitation, notamment en durcissant les conditions imposées aux compagnies ferroviaires intégrées.

Si les Etats membres devaient garder la possibilité d’accorder, sous certaines conditions, des contrats de service public directement, le pouvoir adjudicateur devrait justifier en quoi une attribution directe serait efficace en matière de ponctualité des services, de rapports coût-efficacité, de fréquence des opérations ferroviaires et de satisfaction des consommateurs. Dans tous les cas, les compagnies intégrées qui parviendraient à se maintenir seraient soumises à une pression "qui va extrêmement augmenter", estimait le syndicat FNCTTFEL, dans son appel à manifestation. C’est notamment ce point qui a suscité les plus fortes réprobations au Luxembourg, tant du côté des syndicats que des employeurs, comme l’a montré une table ronde le 8 octobre 2013, De même, l’eurodéputé luxembourgeois et membre de la commission Transports du Parlement européen, Georges Bach (PPE), oppose la petite taille du pays et du réseau à cette volonté de séparation.

Pour NOSTERPACA, les craintes de voir disparaître les entreprises ferroviaires intégrées sont d'autant plus fondées que l'on prend la peine de regarder les résultats obtenus. Dans un pays comme la France, dont les chemins de fer ont été durant des décennies à la pointe de l'innovation, le bilan est clair en matière de marchandises : on ferme ..!

Et ce qui se profile pour les services de voyageurs ne peut pas rassurer un observateur attentif à la situation actuelle : TET en voie de disparition, TER en difficultés opérationnelles, TGV en perte de rentabilité économique ....

 Depuis 1997 année de la partition SNCF/RFF, la fatalité semble être un élément déterminant dans la conduite de ce dossier.  NOSTERPACA, de son côté, attend toujours une réponse à cette question : à quand un vrai bilan établi en dehors de toute approche dogmatique ?

Publicité

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .