Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

APRES LE RAPPORT SUR L'ACCIDENT DE BRETIGNY

La voix de NOSTERPACA

Le point de vue en réaction de Michel DUBROMEL, Pilote du Réseau Transports & Mobilités Durables de France Nature Environnement nous éclaire sur cette actualité :

"Je ne suis pas surpris que le rapport des experts mandatés par le tribunal soit plus sévère que celui du BEATT (Bureau Enquête Accidents Transports Terrestres). Ce dernier recherche les causes et préconise des mesures pour en éviter le retour. Il n'a pas pour mission de rechercher les responsabilités.

Je pense qu'il ne faut pas centrer l'argumentation contre le développement du réseau à grande vitesse qui a permis au ferroviaire de montrer qu'il était capable de performances dignes du XXIème siècle ce que  certains bons esprits doutaient il y a 50 ans. Mais dire que le réseau à grande vitesse s'est développé au détriment de la maintenance du réseau classique est une réalité que l'on ne peut nier.

Le problème fondamental est le financement de l'infrastructure qu'aucune des réformes ferroviaires n'a réglé depuis la création de la SNCF Epic en 1983. Il était bien prévu par la LOTI  un compte d'infrastructure avec une contribution de l'Etat mais celui-ci n'a jamais joué son rôle de propriétaire de l'infrastructure et a laissé la SNCF puis RFF (devenu propriétaire du réseau ce que la SNCF n'a jamais été) s'endetter lourdement pour maintenir le réseau. Il est évident que les sommes consacrées au réseau pour son entretien ont fortement diminué et que la situation s'est tellement dégradée que la SNCF et RFF ont provoqué une expertise extérieure sur l'état du réseau effectuée par  l'Ecole Polytechnique de Lausanne pour mettre l'Etat devant ses responsabilités. Ce 1er rapport suivi d'un second est à l'origine de l'importante campagne de travaux de renouvellement du réseau, qui perturbe fortement l'utilisation du réseau actuellement sur l'ensemble du territoire.

Je ne connais pas de pannes à répétition, Le vrai marqueur de l'état de vétusté est la mise en place de ralentissements permanents suite au vieillissement des différents composants de la voie. Il y en a sur de nombreuses lignes et ils ne disparaissent seulement qu' après les renouvellements  de voie. Je ne dispose pas de données actuelles précises. Néanmoins on peut dire de façon générale que les lignes les les plus dégradées actuellement sont :

· des lignes à Voie Unique considérées comme n'ayant plus d'avenir et entrées dans le cercle vicieux de la dégradation des performances et du trafic parce qu'en parallèle on a amélioré le réseau routier parfois en construisant une autoroute gratuite qui met le ferroviaire hors compétition, exemple Clermont-Ferrand-Béziers, cet exemple est  emblématique d'une situation assez générale sur des lignes moins connues. 

· des sections de lignes à Voie Unique mais aussi à Double Voie entre 2 régions administratives cela concerne des transversales du type Bordeaux-Lyon, Nantes-Bordeaux, où circulent de moins en moins de trains régionaux ou des bouts de radiales telles que Brive-Montauban

 Sur ces types de lignes les temps de transport n'ont cessé de se détériorer lentement depuis une cinquantaine d'années."

Toute ressemblance avec des lignes de la région PACA n'est pas le fruit d'une pure coïncidence mais correspond malheureusement à une réalité que nous connaissons aussi .....

 

Prendre connaissance du rapport d'expertise :

 

Publicité

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .