Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’urbain et l’urbanité

La voix de NOSTERPACA

Notre trésorier Gilbert JEAN a séjourné récemment à Vancouver. Il nous livre ces quelques constats sommaires quant aux modes de déplacement, sujet cher à NOSTERPACA ...

Vancouver, une ville située tout au bout à l’ouest du Canada, face à l’immense Pacifique, présente quelques similitudes avec Marseille, tout d’abord il y a à peu près le même nombre d’habitants. C’est un port de commerce important Comme Marseille, la ville est isolée de l’intérieur des terres par un cirque de montagnes un peu plus hautes cependant que les collines de l’Estaque, mais surtout, après ces premiers sommets il y a les Rocheuses, un massif difficile à pénétrer et que pourtant les voies ferrées ont réussi à traverser dans des vallées aux pentes vertigineuses. Ainsi, Vancouver est surtout accessible par les airs et par la mer. La ville est entourée d’eau et certains transports d’un quartier à l’autre se font par « sea boat ».

Mais pour ce qui est des déplacements et des transports, il y peu de similitudes entre Marseille et Vancouver.

 

L’urbain et l’urbanitéL’urbain et l’urbanité
L’urbain et l’urbanitéL’urbain et l’urbanité

Vancouver est une ville récente, un peu plus de cent ans (à la fin du XIXème siècle il y avait encore des indiens à l’emplacement de la ville) qui s’est développée sur une grande surface, avec de lointaines banlieues, dont certaines sont des villes distinctes. Le centre ville qui recouvre une presqu’île, que l’on nomme là-bas « down town » regroupe le centre d’affaires et ses bureaux avec ses buildings de plus de cent mètres et d’autres buildings composés d’appartements, d’autres sont des parkings, mais tout autour de ces gratte-ciels l’espace est occupé par des immeubles de moindre hauteur ainsi que par de ,ombreux petits immeubles de deux étages et beaucoup de maisons individuelles. Les trottoirs des rues dans ces quartiers sont plantés d’arbres et de gazon ce qui donne une ombre très agréable. Ville moderne, américaine, elle est quadrillée comme un camp romain. Les avenues sont larges et la circulation, malgré les très nombreux feu rouges y est fluide a toute heure du jour, il y a très peu de voitures garées le long des trottoirs avec parcmètres. Ils sont larges, lisses et aucun papier n’y traine. La vie des piétons en est grandement facilitée, ces deniers sont très respectés par les automobilistes qui aux carrefours s’arrêtent avant même que les piétons aient mis un pied sur la chaussée. Une autre cohabitation est respectée, celle des cyclistes, il existe dans le centre ville et au-delà des pistes cyclables protégées et dans certaines rues des quartiers périphérique du centre des affaires, les vélos ont une priorité sur les voitures, d’ailleurs on peut trouver de nombreux loueurs de vélos, particulièrement près de Stanley parc qui est l’un des grands parcs situés à proximité du centre ville et où l’on peut rencontrer de nombreux randonneurs et cyclistes au milieu d’énormes arbres. Les transports en commun sont aussi très présents avec deux lignes de métro, dont une, réalisée avant les jeux olympiques d’hiver, conduit notamment à l’aéroport. L’autre moyen de transport collectif très présent, ce sont les trolleys bus (qui ont disparu de Marseille) qui dans le centre ville circulent à intervalles assez rapprochés ; cependant l’immensité de Vancouver fait que pour atteindre certains quartiers il est nécessaire de prendre plusieurs bus et d’attendre aux arrêts. Ainsi pour se rendre de down town à l’université il faut prendre trois bus et le voyage dure une heure. A bord des bus les gens sont très civils et saluent le chauffeur en montant et en descendant et souvent le remercient lorsque celui-ci donne une information.

Il n’y a certes pas de ville idéale quant à l’harmonie et aux possibilités des différents modes de déplacements, les conditions géographiques diffèrent la topologie aussi, de même que l’ancienneté de la ville, mais l’on doit tirer de enseignements des villes qui par une conception de l’urbain en rapport avec les contraintes des déplacements ont le souci d’apaiser les tensions qui résultent de la cohabitation de modes de transport en donnant à chacun d’eux sa place.

Publicité

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .