Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TRANSPORT MARITIME

La voix de NOSTERPACA

COMMUNIQUE DE PRESSE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT
mardi 20 SEPTEMBRE 2016

 

ALORS, ÇA GAZE ?

A la veille de la journée nationale de la qualité de l'air, France Nature Environnement présente le bilan de sa campagne « Transport Maritime : alors, ça gaze ? » réalisée en partenariat avec l’ONG allemande NABU et qui fait suite à la campagne « La croisière abuse ! » de 2015. Les équipes de France Nature Environnement et de NABU sont retournées à Marseille le 22 et 23 Aout 2016 lors de l’escale de l’Harmony of the Seas afin de réaliser des mesures de la qualité de l’air à proximité du port de Marseille. L’occasion de s’indigner à nouveau à propos d’une pollution inconnue du grand public, au cœur des villes, loin des images de rêve et de vacances véhiculées par ces monstres flottants.

 

Une pollution méconnue aux effets néfastes pour la santé et l’environnement

La majeure partie de la pollution de l'air des navires s’explique par la teneur en soufre des carburants. Fioul lourd, diesel marin... les carburants des navires ont une teneur en soufre jusqu'à 3500 fois plus élevée que le diesel que nous mettons dans nos voitures ! Une fois brûlé, ce carburant rejette du dioxyde de soufre, un polluant réglementé, connu pour son impact sanitaire (maladies respiratoires, bronchites, irritations de la gorge) et environnemental (pluies acides) important.

L’université de Rostock et le centre de recherche sur l’environnement allemand Helmholzzentrum Munich, ont établi un lien sans équivoque entre les gaz d’échappement des cargos et plusieurs maladies cardiovasculaires et respiratoires. Cette même étude montre que la moitié de la pollution de l'air liée aux particules dans les zones côtières et portuaires provient des émissions des navires. Les habitants des régions côtières sont donc les premiers impactés par les fortes émissions des navires. Au total, les émissions du transport maritime causent en toute discrétion 60 000 morts par an en Europe et coûtent 58 milliards d’euros par an aux services de santé européens.

 

Un an après, des résultats toujours aussi alarmants !

Les équipes de France Nature Environnement et de NABU ont mesuré, grâce à des instruments de laboratoire, les concentrations de particules fines et ultra-fines (PUF)  dans l'air. Ces particules sont les plus dangereuses pour la santé car leur taille extrêmement petite (jusqu'à 1000 fois plus fines qu'un cheveu) leur permet de s'accumuler dans les poumons et de passer à la fois dans le sang et dans le système nerveux. Ainsi, le lien entre ces particules et l'augmentation des risques cardiovasculaires (crises cardiaques notamment), l'hypertension artérielle et la maladie de Parkinson a été démontré.

Les résultats des mesures réalisées sont particulièrement alarmants. En effet, plus on s’approche des navires, plus la pollution en PUF augmente. Nous avons ainsi réalisé un circuit dans la ville de Marseille et observé près de l’Harmony of the Seas, le plus gros paquebot du monde mis en service en mai 2016, une pollution jusqu’à 20 fois supérieure aux résultats obtenus à notre point « témoin » au parc du Pharo sur les hauteurs de Marseille.

 

TRANSPORT MARITIME

GNL, alimentation électrique à quai, épurateurs : des solutions existent !

 

Les émissions de polluants par les navires ont des implications très nettes en termes de politique de santé publique et de politique environnementale. Pour réduire ces impacts sanitaires, des alternatives existent et certains armateurs ont pris conscience des enjeux en équipant leurs navires de différents dispositifs afin de réduire leurs émissions mais cela ne représente qu’une infime partie de la flotte mondiale ! Les technologies et pratiques opérationnelles disponibles, telles que le changement de carburant, la réduction de la vitesse des navires, l’équipement en filtres et l’alimentation en énergie à terre permettraient de réduire les émissions globales du transport maritime jusqu’à 70%1. France Nature Environnement demande que l’Etat et les armateurs s’activent pour développer ces solutions existantes à quai et en mer.

 

Pour Michel Dubromel, Vice-président de France Nature Environnement : « Il est primordial que les acteurs du transport maritime se saisissent des enjeux sanitaires et fassent en sorte que le transport maritime demeure le mode de transport le plus respectueux de l’environnement. L’Etat doit soutenir le développement d’alternatives à quai et en mer afin de permettre aux populations littorales de retrouver un air de qualité ! »

LIRE LE DOSSIER DE PRESSE =

Publicité

À propos
NOSTERPACA agit en faveur de transports publics fiables, performants, efficaces en Région Provence Alpes Côte d'Azur. Association loi 1901 n° W 133014919 .